Guide pratique

  • null

    du-community

    Échanger, partager, contribuer

  • null

    Groupe Facebook

    Partagez vos créations, annoncez vos événements, et organisez des rencontres

  • null

    Discord

    Échangez en discussion instantanée avec les autres joueurs

  • null

    Partage de fichiers

    Téléchargez des du-sounds et du-musics, et partagez les vôtres (intégré à du-station : onglet du-community)

  • null

    Forum

    Initiez et entretenez des sujets de discussion variés

  • null

    Playlist YouTube

    Vidéos publiées sur les chaînes YouTube de joueurs de la communauté

À la une

Besoin d’un accessoire, d’une enceinte sac-à-dos ? Cliquez dessus !

  • dualo du-touch

    du-scales

    Découvrez de nouvelles gammes sur le principe dualo, accessible sur ordinateur et sur mobile. Redessinez-les dans votre du-touch : dans le menu musique+réglages, réglez “scale” sur “custom”, et reproduisez le motif du clavier gauche. Développé par Julien Caillot (alias BilouMaster Joke) de la du-community.

Votre avis est important :

  • null

    Ressources

    Bien démarrer et progresser

  • null

    Tutoriels vidéo

    Suivez le parcours vidéo pour découvrir votre instrument, son clavier, et la musique (également disponible par chapitres dans du-station : onglet du-community)

  • null

    Tips&Tricks

    Découvrez notre nouvelle série de vidéos proposant des astuces pour optimiser votre jeu

  • apprendre instrument musique facile

    Dualo du-game

    Essayez les premiers tutoriels interactifs de chaque région disponible (onglet du-game), et abonnez-vous (onglet profil) pour accéder aux autres contenus hebdomadaires. Plus de détails sur dualo.org

  • null

    Principe dualo

    (Re)Découvrez le clavier de votre du-touch et la logique mathématique le rendant si unique

  • null

    Workflow dualo

    (Re)Découvrez l’interface de votre du-touch à travers différents schémas et explications

Guide pratique

0. Le du-touch en bref

  • L’interface de l’instrument est conçue autour de trois fonctions élémentaires :
    – Choisir des sons
    (bouton son) et en jouer librement
    – Faire de la musique
    (bouton musique) en enregistrant et gérant des boucles et des morceaux
    – Paramétrer (bouton réglages)
    l’instrument, les sons et les morceaux
  • L’affichage est constitué d’un écran et d’un code couleur sur les touches du clavier.
  • Une molette (slider tactile central) permet de régler le volume général, et de modifier la valeur des paramètres affichés à l’écran.

I. Démarrage et audio

  • Branchez le du-touch à un appareil sonore muni d’une prise mini-jack 3,5mm classique : écouteurs filaires, casque filaire, enceinte portable… ou tout autre appareil muni d’une prise AUX.
  • Allumez-le en cliquant brièvement sur le bouton on/off, puis attendez quelques secondes pendant que l’instrument s’initialise (indiqué par l’allumage du bouton central et du logo dualo à l’écran). Vous devriez ensuite entendre un “pop” émanant de votre appareil sonore : le du-touch est prêt à être joué.

Note : Si l’instrument ne s’allume pas ou que le niveau de batterie en bas à droite de l’écran est rouge et presque vide, branchez-le à une prise électrique via le chargeur fourni. L’instrument peut se recharger pendant qu’il est utilisé.

II. Choisir un son

  • Choisissez un son en maintenant le bouton, relâchez-le pour en jouer
    Le clavier devient une interface de sélection de son : chaque touche allumée en vert (ou orange) est un son, les trois touches en bas du clavier gauche sont des onglets pour changer de page. Le son et la page sélectionnés sont en rouge.

Notes :
– Veillez à bien poser la pulpe votre pouce gauche sur le bouton son (capacitif) afin d’éviter les sensations de faux contact. Si le bouton se désactive pendant que vous le maintenez, relâchez-le quelques secondes avant de le maintenir à nouveau.

– Sur les trois pages de sons proposées, le clavier droit propose des sons acoustiques (percussions, piano, guitare…), le clavier gauche propose des sons électroniques (kits de batterie électronique, leads, pads…), du plus percussif en haut au plus chantant en bas des claviers.
– Les sons harmoniques (permettant de jouer des notes) afficheront un chemin lumineux (la gamme). Les autres sons (percussions, bruitages divers…) afficheront un code couleur différent.

III. Enregistrer/gérer ses boucles/morceaux

  • Enregistrez des boucles en tapant sur le bouton
    Tapez brièvement sur le bouton, l’écran doit afficher; l’enregistrement débutera à la première note jouée. Jouez quelque chose, puis tapez une seconde fois pour fermer l’enregistrement.

Note : Privilégiez les boucles courtes, d’une part pour éviter les erreurs, d’autre part car les boucles suivantes seront de longueur multiple de la première. Vous pourrez apprendre à enregistrer de “belles boucles” dans l’onglet “Bien débuter”.

  • Gérez les boucles enregistrées en maintenant le bouton
    En maintenant le bouton central avec votre main gauche, les boucles que vous avez enregistrées apparaissent sur le clavier droit, en vert : elles sont en lecture. À l’aide de votre main droite tapez sur celles de votre choix pour les mettre en orange, puis relâchez le bouton à tout moment pour les mettre en sourdine.

Note : Pour effacer une boucle, pressez fortement la touche de son emplacement, ou double-cliquez sur le bouton central pour effacer la dernière boucle enregistrée (pratique en cas d’erreur).

  • Gérer les morceaux enregistrés en maintenant le bouton
    En maintenant le bouton central avec votre main droite, les morceaux que vous avez enregistrés apparaissent sur le clavier gauche : le morceau courant est situé sur une touche verte s’il est en lecture ou orange s’il est stoppé, les autres morceaux non-vides étant en rouge. Cliquez sur un emplacement vide puis relâchez le bouton central pour démarrer un nouveau morceau.

Notes :
– Comme pour les sons, les trois touches en bas du clavier gauche sont des onglets pour changer de page.
– Comme pour les boucles, vous pouvez lancer et arrêter un morceau en cliquant dessus, et l’effacer en écrasant sa touche.

IV. La disposition dualo des notes en bref

  • Les touches allumées sous forme de chemin lumineux font partie de la même “gamme” ; par défaut, la gamme de do majeur est illuminée : les notes orange sont des do, les vertes sont les autres (ré mi fa sol la si). Jouez dessus pour rester juste ! Pour monter la gamme, partez d’une touche orange et suivez le chemin lumineux vers la suivante située sur l’autre clavier, en alternant les deux mains.
  • Les accords sont des dessins simples : jouez 2, 3 voire 4 notes l’une en dessous de l’autre (sur un même clavier) en même temps, et de préférence en suivant les touches allumées pour jouer des accords de la gamme.

Note : Quand vous enregistrez vos premières boucles, commencez par un petit nombre de notes individuelles et/ou d’accords ; tout bon morceau repose sur des bases simples, vous pourrez ajouter de la complexité au fur et à mesure de votre progression.

0. Vocabulaire et logiciel du-station

  • Votre instrument s’appelle du-touch S (ou juste du-touch pour son grand frère), mais vous pouvez aussi l’appeler dualo !
    Et ses accessoires : la du-belt étant la ceinture pour jouer debout, le du-bag le sac de transport, et le du-stand le support en bois pour le poser sur une table/étagère.
  • Le logiciel du-station vous permet de gérer vos du-sounds, du-musics et du-games en mémoire dans votre instrument :
  • Un son/instrument (choisi via le bouton) est appelé du-sound
    – Lorsqu’on en choisit un sur le du-touch, l’écran affiche dans l’ordre : sa catégorie, son nom, et le nom du preset courant (qui contient un ensemble de réglages et d’effets).
    – Si son emplacement est vert, c’est un son officiel créé et fourni par le fabricant : Dualo, ou Intuitive Instruments. Si son emplacement est orange, c’est un son que vous ou un membre de la communauté a créé.
    – Un onglet du logiciel du-station est dédié au renommage de leur presets, à leur création, chargement sur votre du-touch, et sauvegarde sur votre ordinateur.
  • Un morceau (choisi via le bouton) est appelé du-music
    – Chaque du-music est composée de boucles appelées du-loops.
    – 
    Un onglet du logiciel du-station est dédié à leur renommage et chargement sur votre du-touch, et sauvegarde sur votre ordinateur.
  • Un tutoriel (choisi via le bouton) est appelé du-game
    – Vous pouvez télécharger des du-games depuis l’onglet dédié sur la du-station.
    – Dans votre du-touch ils sont en quelques sortes considérés comme des du-musics “augmentées”, et seront donc en rouge comme les du-musics classiques.
    – Un onglet du logiciel du-station est dédié à leur chargement sur votre du-touch via la carte des styles de musique : du-world.

I. Préparer un morceau

  • Entrez dans les réglages d’une du-music vide : maintenezet touchez
    Vous pouvez relâcher les deux boutons. Sur le clavier droit s’illuminent plusieurs touches vertes, correspondant à différents réglages, le réglage sélectionné (en orange) est affiché à l’écran. La valeur de chaque réglage est modifiable à l’aide du slider central. Vous pouvez notamment :
    Changer de gamme (“scale”) : sur le clavier gauche, tapez sur une touche pour changer la note de référence (la tonique), et caressez le slider central vers le haut/bas pour choisir une variante (le mode).
    – Régler le rythme : allumez d’abord le métronome (“clic level”), puis changez la valeur du tempo pour déterminer la fréquence des battements forts de votre morceau (les temps). Il est fortement recommandé de régler un quantiseur (“quantizer”), qui va ranger vos notes proprement par rapport au métronome pour faire un morceau régulier et agréable à écouter ; généralement la valeur 1/4 est à privilégier (pour mettre au maximum 4 sons par temps).
    Quittez le menu en choisissant un son, en démarrant un enregistrement, ou en touchant brièvement le bouton réglages à nouveau.
    – Enlevez le métronome après vos premières boucles si vous n’en avez plus besoin.

Notes :
– Prenez le temps d’essayer chaque mode pour voir les différentes “couleurs” musicales qu’ils proposent.
– Ne sous-estimez pas l’utilité du métronome et du quantiseur, ils vous seront très utiles pour former ou perfectionner votre sens du rythme.
– Essayez d’enregistrer des boucles avec différentes valeurs du quantiseur, pour voir la différence sur le résultat enregistré.
– Le réglage “signature” permet de déterminer le nombre de temps par mesure (seul le métronome, qui accentue chaque premier temps, est concerné) : réglez donc le premier chiffre, l’écriture “/4” signifiant “à la noire” (?).

II. Créer des morceaux de plus en plus fluides et efficients

  • Privilégiez les premières boucles courtes (voir vidéo ci-contre)
    Il est même possible d’enregistrer une boucle très courte : par exemple, mettre en boucle une grosse caisse jouée une seule fois permet non seulement d’être efficient, mais également de s’en servir de métronome !
  • Instaurez une chronologie de création récurrente
    Privilégiez les boucles de batterie et percussions pour commencer, puis ajoutez basse et accords, et terminez par une mélodie entêtante ou improvisez sans enregistrer.
  • (Vraiment) jouer dans la gamme
    – Apprenez à faire en sorte que la note orange (la tonalité) soit la note “centrale” de votre morceau : le premier accord, la première note sur laquelle insistent les instruments. De même lorsque vous écoutez de la musique, formez votre oreille à reconnaître cette note ; c’est le premier pas vers votre propre adaptation de vos morceaux préférés sur votre du-touch !
    – Expérimentez des suites d’accords (au mieux les plus proches les uns des autres sur le clavier), et faites en sorte que les autres instruments, notamment la basse, les suivent au plus près… tout en se permettant quelques libertés (notes de liaison, léger retard…) ! (voir vidéo ci-contre)
  • N’oubliez pas de jouer avec vos boucles
    Surtout si vous créez en public, faire le chef d’orchestre avec vos boucles est très important pour éviter la lassitude d’un morceau trop répétitif. Il est souvent efficace de stopper la grosse caisse et la basse pendant quelques temps, d’ajouter un nouvel instrument, puis de les remettre.

III. Se familiariser avec la théorie

  • L’harmonie : visionnez nos tutoriels vidéo dédiés (playlist vidéo ci-contre) et/ou suivez les du-games gratuits de la région Harmonie abordant les notes, les accords, les gammes…
    Suivre son instinct et expérimenter au début, c’est bien, mais une fois que vous pourrez mettre des mots sur ce que vous faites, vous progresserez encore plus vite : que ce soit auprès de nous (tutoriels directement appliqués sur le clavier dualo) ou ailleurs (Internet, livres, cours particuliers…), il y a mille façons agréables de comprendre les véritables clés de la musique, et donc de progresser rapidement.
  • Le rythme : faites des du-games gratuits de la région Rythmes, et notamment ceux abordant la pulsation, la mesure…
    Faire de la musique nécessite indéniablement un certain sens du rythme ; le quantiseur est bien sûr là pour vous aider à composer des morceaux plus réguliers, mais si vous ressentez un besoin de vous perfectionner, rien ne vaut la pratique (taper du pied ou des mains en écoutant de la musique, faire des du-games…). De même, découvrez des rythmes typiques en vous documentant (rythmes binaires, ternaires…).

IV. Essayer le du-game et s’y abonner

  • Le du-game est une méthode d’apprentissage ludique de la musique. Au sein d’une carte des genres musicaux, chaque morceau interactif chargé dans votre du-touch permet d’apprendre les caractéristiques typiques d’un style. Un guide vocal vous accompagne, étape par étape, pour reproduire les motifs indiqués par les lumières affichées sur le clavier. Grâce à son algorithme d’évaluation, ce n’est qu’à la réussite d’une étape que la suivante s’enclenche. Deux difficultés sont disponibles, selon votre niveau. En complément, des tutoriels théoriques vous enseignent les principes de base, et des morceaux populaires sont proposés sous forme de contenu additionnel.
  • Après le du-game de Bienvenue, essayez les premiers du-games gratuits de chaque région disponible (Hip-Hop, Techno, Breakbeat, House…). Abonnez-vous (onglet Profil) pour débloquer les du-games connexes et accéder aux morceaux populaires proposés dans l’onglet Playlist.
  • Commencez par les du-games “initiation” si vous êtes peu à l’aise avec la musique et avec votre instrument. Ils permettent de vous familiariser avec les rythmes élémentaires, et avec le clavier de votre du-touch. Défiez-vous avec les du-games “expert” si vous êtes (et quand vous serez) à l’aise avec la musique et avec votre instrument. Peu d’explications, les motifs proposés sont complets et vous mettront parfois à l’épreuve. Dans la plupart des cas, les du-games “initiation” vous permettront d’aborder sereinement les du-games “expert”.

0. Résumé des onglets précédents, introduction aux réglages

I. Réglages généraux (touchez le bouton)

Sur le clavier droit s’illuminent plusieurs touches vertes, correspondant à différents réglages, le réglage sélectionné (en orange) est affiché à l’écran. La valeur de chaque réglage est modifiable à l’aide du slider central. Vous pouvez notamment :

  • Changer l’affichage des notes à l’écran (display note) : Roman (do ré mi fa sol la si), English (C D E F G A B) ou German (C D E F G A B H).
  • Voir le niveau de batterie et les informations générales (du-touch).
  • Activer/désactiver l’allumage des touches en rouge lorsqu’elles sont jouées (lighted keys).
  • Régler la luminosité des touches (key brightness) et du bouton central (logo brightness).
  • Activer/désactiver les capteurs : sliders, gyroscope (motion), aftertouch. Les assigner/désassigner s’effectue ensuite dans les menus expliqués ci-après.
  • Changer de disposition des notes (key layout) : Si le clavier dualo ne vous convient pas, essayez les autres claviers isomorphiques (attention, les du-games et la plupart des du-musics que vous pouvez télécharger sont conçues pour la disposition dualo).
  • Déclencher un son à chaque modification d’un réglage (accessibility).
  • Régler le mode MIDI (pour contrôler des logiciels de MAO) : Utilisez le mode “ctrl/synth/seq” dans la grande majorité des cas et pour jouer normalement sans logiciel. Activez le paramètre MIDI BLE pour le rendre détectable et utilisable en Bluetooth.
  • Régler un equalizer général pour accentuer certaines fréquences selon votre système d’écoute.

Quittez le menu en choisissant un son, en démarrant un enregistrement, ou en touchant brièvement le bouton réglages à nouveau.

II. Éditeur de presets de du-sound (maintenez le boutonpuis touchez le bouton) et éditeur d’effets d’une du-loop (double-cliquez sur une boucle)

Lorsqu’un son est sélectionné avec le bouton son (et un preset avec la molette centrale), touchez le bouton réglages pour entrer dans l’éditeur du preset sélectionné. Lorsque vous double-cliquez sur une du-loop, vous entrerez dans l’éditeur d’effets de la du-loop, très similaire au menu d’éditeur de preset.

Sur le clavier droit s’illuminent plusieurs touches vertes, correspondant à différents réglages, le réglage sélectionné (en orange) est affiché à l’écran. La valeur de chaque réglage est modifiable à l’aide du slider central, et vous pouvez essayer vos réglages en direct sur le clavier de gauche. Vous pouvez notamment :

  • Ajuster des réglages “simples” :
    – volume
    – octave (jouer les mêmes notes plus aigües/graves)
    – reverb (simulation de réverbération dans une grande pièce)
    – portamento (lien entre deux notes par étirement de la première, dans l’éditeur de preset uniquement)
  • Certains réglages sont “doubles” (double-cliquez sur la touche du réglage pour accéder à son réglage complémentaire) :
    – attack/release (fondu d’entrée/sortie)
    – filter/auto-filter (filtre et son automation)
    – panning/auto-pan (position gauche/droite et son automation)
    – pitch/vibrato (variation de la hauteur de la note et son automation)
    – expression/tremolo (volume et son automation)
  • Jouer des accords avec un seul doigt (chords, uniquement dans l’éditeur de preset de du-sound) : La touche rouge sur le clavier gauche est la note de référence, dessinez le motif souhaité (par exemple deux lignes plus bas pour ajouter la quinte).
  • Régler la sensibilité des touches (key sensitivity, uniquement dans l’éditeur de preset de du-sound) : La vélocité est exprimée entre 0 et 127, celle des notes que vous jouez s’affiche à l’écran.
    – flat pour rester constant à 89 (utile pour les doigts “faibles”)
    – standard pour jouer des notes entre 40 et 127 (le plus utilisé, à privilégier pour débuter et progresser)
    – piano/forte pour être totalement libre (de 0 à 127, offre plus de nuances mais nécessite des doigts “forts” et précis)
  • Afficher en rouge la partition d’une du-loop sur le clavier (score, uniquement dans les paramètres d’une du-loop) : Réglez ce paramètre sur “on”, puis quittez le menu pour suivre  les touches qui s’allument, pour apprendre ou comme aide à la composition (ex : suivre les notes de la basse pour jouer des accords ou inversement)

Quittez le menu pour sauvegarder instantanément votre preset, en choisissant un son, en démarrant un enregistrement, ou en touchant brièvement le bouton réglages à nouveau.

III. Jouer avec les sliders, l’aftertouch et le gyroscope

Affecter un slider à un paramètre :

1. Dans le menu de réglages généraux, veillez avant tout à ce que “sliders” soit sur “on”.
2. Repérez les réglages ayant le pictogramme grisé (soit dans l’éditeur de presets, soit dans les réglages de du-music, soit dans les réglages d’une du-loop), signifiant qu’un paramètre peut être affecté aux sliders.
3. Maintenez sans écraser la touche du réglage tout en caressant un des deux sliders (de part et d’autre de la molette centrale sur le du-touch S, sur les côtés de l’instrument sur le du-touch) : l’écran doit afficher une confirmation de l’affectation.
4. Sortez du menu. Le pictogramme  sera blanc et affiché à l’écran pour signaler que les sliders sont affectés.
5. Effectuez la même opération sur le réglage “un-set ctrl” (réglages de du-music ou de du-loop) ou “controllers” (éditeur de presets de du-sound) pour désassigner les sliders.

Affecter l’aftertouch à un paramètre :

1. Dans le menu de réglages généraux, veillez avant tout à ce que “aftertouch” soit sur “on”.
2. Repérez les réglages ayant le pictogramme  grisé (soit dans l’éditeur de presets, soit dans un réglage de du-loop), signifiant qu’un paramètre peut être affecté à l’aftertouch.
3. Pressez fortement la touche du réglage : l’écran doit afficher une confirmation de l’affectation.
4. Sortez du menu. Le pictogramme  sera blanc et affiché à l’écran pour signaler que le gyroscope est affecté.
5. Effectuez la même opération sur le réglage “un-set ctrl” (réglages de du-music ou de du-loop) ou “controllers” (éditeur de presets de du-sound) pour désassigner l’aftertouch.

Affecter un axe du gyroscope à un paramètre :

1. Dans le menu de réglages généraux, veillez avant tout à ce que “motion” soit sur “on”. Vous pouvez régler l’angle maximum et l’angle seuil d’activation (“deadzone”) dans les sous-paramètres affichés en bas du clavier.
2. Repérez les réglages ayant le pictogramme grisé (soit dans l’éditeur de presets, soit dans les réglages de du-music, ou dans un réglage de du-loop), signifiant qu’un paramètre peut être affecté au gyroscope.
3. Maintenez sans écraser la touche du réglage tout en penchant le du-touch en avant/arrière (“pitch”), ou à gauche/droite (“roll”) : l’écran doit afficher une confirmation de l’affectation. Le point d’origine est déterminé lorsque vous relâchez la touche.
4. Sortez du menu. Le pictogramme sera blanc et affiché à l’écran pour signaler qu’un axe du gyroscope est affecté.
5. Effectuez la même opération sur le réglage “un-set ctrl” (réglages de du-music ou de du-loop) ou “controllers” (éditeur de presets de du-sound) pour désassigner un axe du gyroscope.

0. Sauvegarder ses du-musics, du-sounds et presets

Comme pour toute autre activité informatique, il est judicieux de sauvegarder ses fichiers, créés sur votre du-touch (du-musics et presets) comme sur du-station (du-sounds), le plus souvent possible.

  • Sauvegarder des fichiers sur du-station :
    – Pour sauvegarder des du-musics, rendez-vous donc dans l’onglet du-music du logiciel du-station, et glissez-déplacez des du-musics depuis votre du-touch vers “Mes du-musics” (ou une liste préalablement créée).
    – Pour sauvegarder des presets de du-sounds, double-cliquez sur un du-sound de votre du-touch, puis copiez et collez des presets dans le même du-sound préalablement stocké sur le logiciel. Attention : il sera plus long de glisser-déplacer des du-sounds entiers depuis votre du-touch vers “Mes du-sounds” (ou une liste préalablement créée), et cette seconde option n’est pas recommandée pour sauvegarder des du-sounds officiels ; en effet, de nouveaux du-sounds seront alors créés (comme si vous les aviez créés vous-même) et ne seront donc pas reconnus par les du-musics les utilisant.
  • Sauvegarder des fichiers sur son ordinateur :
    – Pour exporter des du-musics, rendez-vous donc dans l’onglet du-music du logiciel du-station, et faites clic droit > exporter sur les du-musics que vous souhaitez sauvegarder : que ce soit depuis votre du-touch ou depuis “Mes du-musics” (ou une liste préalablement créée). Si la du-music utilise des sons créés par des utilisateurs (orange), il vous sera proposé de les inclure au fichier du-music (nécessaire pour partager) s’ils sont stockés sur votre du-station. Importer une du-music sur du-station ou sur votre du-touch est également possible par glisser-déplacer (dans l’onglet du-music).
    – Pour exporter des du-sounds, faites clic droit > exporter sur les du-sounds que vous souhaitez sauvegarder : que ce soit depuis votre du-touch (plus long) ou depuis “Mes du-sounds” (ou une liste préalablement créée). Importer un du-sound sur du-station ou sur votre du-touch est également possible par glisser-déplacer (dans l’onglet du-sound).
    – Pour exporter des presets, double-cliquez sur un du-sound (soit depuis votre du-touch, soit dans “Mes du-sounds” ou une liste préalablement créée), et sélectionnez l’option “Copier sur le disque dur…”. L’import s’effectue grâce au bouton “Importer”.

I. Partager ses fichiers et récupérer ceux publiés par la communauté

Dans l’onglet “du-community” section “Partage de fichiers”, vous pouvez accéder à du-community.org. Ce site web intégré permet de télécharger et partager des fichiers du-music et du-sound entre joueurs de du-touch.

  • Utilisez les mêmes identifiant et mot de passe que pour vous connecter à du-station.
  • Lorsque vous téléchargez un du-sound/du-music depuis cette plateforme, ils se retrouvent automatiquement dans les listes du-sound/du-music de la communauté (dans les onglets respectifs de du-station). Vous pouvez alors les charger dans votre du-touch ou les éditer normalement après les avoir déplacés dans “Mes du-sounds/du-musics” ou une liste préalablement créée.

II. Partager ses créations : audio et vidéo

N’ayez pas peur de partager vos créations ! Vous pouvez bien entendu commencer par montrer vos morceaux à vos proches sur votre du-touch, avant de vous décider à les enregistrer voire les filmer pour les partager. La communauté est le meilleur endroit pour commencer à publier ; c’est une véritable source d’encouragements motivants, et de conseils bienveillants !

Une fois que vous êtes fier d’un morceau, vous pouvez d’abord vous entraîner à allumer/éteindre les bonnes boucles aux bons moments pour structurer votre morceau auprès de votre auditoire (surtout pour le rendre plus vivant et moins répétitif). Entraînez-vous également à jouer par dessus, en improvisant sur la gamme ou en jouant en live l’une des boucles. Enfin, devenez un vrai pro en sachant rejouer le morceau en entier en le bouclant en live !

Il y a de nombreuses façons de vous enregistrer et vous filmer : Le mieux est d’utiliser une carte son et un logiciel d’édition (ex : Audacity) pour l’audio, une caméra pour filmer et un logiciel de montage vidéo pour assembler l’audio et la vidéo (ex : Microsoft Photos, iMovie…). Vous pouvez alors partager vos morceaux sur des plateformes de streaming comme SoundCloud, ou vos vidéos sur YouTube par exemple.

III. Créer ses propres du-sounds (bases)

Créer des sons pour les mettre dans votre du-touch est assez simple. Sur le logiciel du-station, dans l’onglet du-sounds, section “Mes du-sounds” (ou dans une liste préalablement créée), cliquez sur “+ Créer un du-sound“. Il y a trois types de du-sounds :
Harmonique (sons étirés sur plusieurs notes, idéal pour des samples de notes)
Percussif (sons sur les touches d’un clavier, en quasi-symétrique sur l’autre, idéal pour des percussions)
Samples (sons sur n’importe quelle touche du double-clavier, idéal pour des bruitages, bouts de morceaux et de voix)

Vous aurez besoin de fichiers audio (“samples”) au format .wav (44100Hz 16bits (?), en mono (?)). Vous pouvez trouver un très grand nombre de samples sur Internet, ou les enregistrer vous-même.

Note : Si vous importez des samples .wav ayant un taux d’échantillonnage différent de 44100Hz 16bits et/ou en stereo, le logiciel du-station les convertira automatiquement (les samples risquent cependant d’être légèrement altérés).

Traiter ses samples

Si vous avez des fichiers audio dans un format différent (ex : .mp3), il faudra les convertir : Audacity est un exemple de logiciel simple et gratuit pour le traitement de fichiers audio. Les logiciels vous permettent notamment de régler leur volume sonore, leur longueur, ajouter des fondus d’entrée/sortie… Lorsque vous exporterez/sauvegarderez des sons à partir de ces logiciels, choisissez donc bien leur format. Faites des essais et amusez-vous ! Voici quelques premières recommandations pour traiter vos samples :

  • Rognage : déterminez la fin, et surtout bien le début de vos samples (il se peut qu’il y ait quelques millisecondes de silence au début du fichier d’origine, qui procureront donc un effet de “retard” indésirable en jeu).
  • Fondu de sortie : afin d’éviter les bruits de coupure au début et à la fin de vos samples en jeu (témoin de passages brutaux entre son et silence, et inversement), assurez-vous de mettre au moins un petit fondu de sortie, voire aussi un minuscule fondu d’entrée si cela n’altère pas le déclenchement de la note (à proscrire pour des percussions par exemple).
  • Normalisez vos samples : par souci d’équilibre avec les autres sons, décidez de l’amplitude maximale de vos samples en prenant en compte que les sons très aigus sonnent plus fort et les graves plus faible. Par exemple chez Intuitive Instruments, les grosses caisses sont normalisées à -3dB, les cymbales à -12dB, les caisses claires et les autres sons en général à -6dB. N’oubliez également pas que le du-touch lira les samples moins fort si vous tapez moins fort sur les touches.

du-sounds harmoniques

Pour chaque sample, double-cliquez sur une note pour déterminer la note de référence (la note correspondant réellement à votre sample, en rouge), et cliquez sur des notes plus graves (plus hautes) et plus aigues (plus basses) pour déterminer son étendue (en vert). Ainsi dans votre du-touch, jouer une note de cette zone déclenchera la note de référence, accélérée ou ralentie pour correspondre à la note jouée.
– Onglet « Infos », vous pouvez déterminer si les notes sont jouées systématiquement en entier (« note-off » désactivé) ou utiliser la « release » du preset pour déterminer la longueur des notes jouées (« note-off » activé).

Recommandations :
– Tessiture (étendue maximum des notes jouables) : 7 octaves de b-1 à ab6 pour le du-touch S (9 octaves de b-1 à ab8 pour le du-touch)
– Longueur des samples pour des notes constantes (instruments à vent, cordes…) : environ 3 secondes minimum
– Sons acoustiques : au moins 3 notes par octave (ex : c, eb, f#, a), étirement maximum de -3 et +3 demi-tons pour éviter les transitions trop flagrantes entre les samples. Sons électroniques : pas de consigne particulière, mais considérer qu’un grand étirement raccourcit (aigu) ou allonge (graves) fortement la durée du sample joué.

du-sounds percussifs

Chaque sample sera répercuté sur l’autre clavier de façon quasi-symétrique ; idéal pour faire des roulements avec les deux mains.
– Vous pouvez les nommer : le champ “Catégorie” correspond à la ligne qui sera affichée au dessus du champ “Nom” sur l’écran du du-touch.
– Dans l’onglet presets, n’hésitez pas à déterminer les lumières qui seront affichées sur votre du-touch (« marks »).
– Pour chaque sample vous pouvez déterminer s’il est joué systématiquement en entier (« note-off » désactivé) ou si vous utilisez la « release » pour déterminer la longueur des notes jouées dans le preset (« note-off » activé).
– Chaque sample porte un numéro (“note”), le champ “note exclusive” permet de choisir une note à éteindre lorsque le sample sélectionné est joué (idéal pour stopper le son d’un charley ouvert quand on joue un charley fermé par exemple).

du-sounds samples

Placez chaque sample où vous le souhaitez.
– Vous pouvez les nommer : le champ “Catégorie” correspond à la ligne qui sera affichée au dessus du champ “Nom” sur l’écran du du-touch.
– Dans l’onglet presets, n’hésitez pas à « dessiner » les lumières qui seront affichées sur votre du-touch (« marks »).
– Pour chaque sample vous pouvez déterminer s’il est joué systématiquement en entier (« note-off » désactivé) ou si vous utilisez la « release » pour déterminer la longueur des notes jouées dans le preset (« note-off » activé).
– Chaque sample porte un numéro (“note”), le champ “note exclusive” permet de choisir une note à éteindre lorsque le sample sélectionné est joué (idéal pour stopper le son d’un charley ouvert quand on joue un charley fermé par exemple).

Recommandations :
– Pour certains samples il sera parfois utile de les nommer avec leur tempo (BPM) et leur gamme/accord pour faciliter leur utilisation sur votre du-touch. Vous pouvez trouver le BPM de la plupart des morceaux connus sur Internet, et il existe plusieurs solutions pour retrouver la gamme (généralement le premier accord des tablatures/partitions, retrouver à l’oreille,…)

Layers de vélocité

Lorsque vous tapez sur une touche de votre du-touch, une valeur numérique apparaît à l’écran (sous le nom de la note déclenchée si son affichage est activé). Cette valeur correspond à la vélocité avec laquelle vous frappez la touche (exprimée de 0 à 127), en moyenne à 100. Dans du-station, vous pouvez déterminer quels sons seront déclenchés selon la vélocité, en créant des layers (couches). Plus vous avez de layers, plus le son sera “vivant”, ce qui est notamment recommandé pour créer des sons acoustiques et percussifs plus fidèles à la réalité (ex : une cymbale frappée fortement fera un son très différent d’une cymbale effleurée). Vous pouvez accéder à des exemples sur certains du-sounds Intuitive Instruments officiels (drums, piano, wurlitzer…). La véritable difficulté est d’obtenir des samples d’instruments enregistrés à différentes vélocités (packs de samples sur Internet principalement),…

Recommandations :
– 2 layers : 1-109 (faible), 110-127 (fort)
– 3 layers : 1-89 (faible), 90-109 (moyen), 110-127 (fort)
– Plus de layers : considérez la zone moyenne autour de 100

IV. Jouer à plusieurs

Le du-touch a beau permettre de jouer des morceaux complets, jouer avec d’autres dualistes ou avec d’autres musiciens peut être très enrichissant, et décuple les possibilités !

  • Si vous jouez avec d’autre joueurs de du-touch ou utilisateurs de logiciels / machines programmables, réglez-vous simplement au même tempo et utilisez le quantiseur pour synchroniser au moins vos premières boucles.
  • Si vous jouez avec des instrumentistes plus traditionnels (pianistes, saxophonistes, guitaristes…), vous pouvez soit imposer le rythme en enregistrant au moins une boucle rythmique de référence (au mieux avec tempo et quantiseur), soit suivre le rythme du groupe ; le tempo étant plus organique et donc inconstant, vous ne pourrez en revanche pas enregistrer de boucles.

Dans tous les cas, mettez-vous d’accord sur une gamme voire une grille d’accords, sachant qu’il faudra parfois vous intégrer à l’oreille… N’oubliez également pas d’écouter et de laisser de la place aux autres musiciens : vous avez un instrument qui peut tout faire, consacrez-vous aux “éléments manquants” parmi les éléments principaux du groupe : batterie, basse, accords, mélodie. N’hésitez également pas à faire des question/réponse entre instruments solistes, et à improviser sur la gamme quand vous avez votre moment pour faire un solo !

II. Créer ses propres du-sounds (avancé)

Nous avons vu dans un onglet précédent les bases de la création d’un du-sound. Pour aller plus loin, il existe des options d’édition avancées activables dans les réglages de du-station.

Les champs “début de la boucle” et “fin de la boucle” permettront donc de boucler le sample sélectionné, de façon à ce qu’il répète automatiquement une partie de lui-même lorsqu’il arrive à sa fin ; idéal pour faire durer des nappes sonores indéfiniment en utilisant des fichiers plus courts). Nous voyons ici comment créer un sample “bouclable” de façon fluide, et comment déterminer ses points de bouclage.

Le graphique d’ADSR permettra quant à lui de régler le comportement du sample individuel (en amont du réglage “attack” et “release” de l’éditeur de presets de du-sound, qui s’applique quant à lui sur tous les samples) ; il est très utile lorsque plusieurs instruments très différents composent votre du-sound (exemples : du-sounds officiels Intuitive Instruments “world (1)” et “world (2)”). Nous voyons ici le fonctionnement général de l’ADSR pour vous aider à l’utiliser.

Boucler ses samples

Si vous avez des samples qui méritent d’être infinis (généralement d’intensité constante : notes de violon, pads, synthétiseurs…), il existe une façon de boucler ces samples lorsque vous les éditez sur logiciel. Pour cela, vous devrez d’abord afficher la graduation temporelle en échantillons (qui sont simplement les points constituant la courbe de forme d’onde de votre sample).

Note : Vous pouvez aussi découper des samples en affichant la graduation temporelle en mesures et temps, pratique si vous souhaitez boucler des bouts de morceau dont vous connaissez exactement le tempo. Dans ce cas, les bornes de bouclage seront très faciles à déterminer, idéal pour faire des remix façon launchpad !

Tout  l’enjeu est d’obtenir un fichier contenant une partie qui puisse être mise bout-à-bout sans que la transition soit perceptible à l’oreille. À part des signaux simples (sinus, carré, triangle…) dont la période est facilement identifiable, vous devrez très certainement fabriquer ce fichier vous-même, et heureusement ce n’est pas forcément très compliqué. Voici une astuce utilisée chez Intuitive Instruments :

Créez un fichier superposant deux pistes : dans la première vous y placerez votre sample auquel vous aurez préalablement ajouté un fondu de sortie, l’autre contenant le même sample avec ce même fondu de sortie et un fondu d’entrée. Privilégiez des fondus assez longs, mais de façon à garder une zone centrale du sample commune aux deux fichiers (en bleu sur le schéma).

Agencez ces deux samples l’un par dessus l’autre pour qu’ils se chevauchent. Placez le début du second sample au delà de la moitié de la longueur du premier, pour avoir deux zones sonores communes ; elles sont absolument identiques, c’est ici que seront déterminés les points de bouclage.

Écoutez le résultat sonore de différents positionnements, pour éviter que la transition d’un fichier à l’autre s’entende trop (la superposition des fichiers peut générer des pertes/gains de puissance, des effets de phase…).

Lorsque vous avez un résultat satisfaisant, exportez le fichier en un sample unique et vérifiez l’efficacité de vos points de bouclage (certains logiciels permettent de lire en boucle une partie sélectionnée du sample), déterminés de la façon suivante :
Début de la boucle = au choix dans la première zone commune
– Longueur de la boucle = position du début du second sample
Fin de la boucle = début de la boucle + longueur de la boucle

Si tout fonctionne à merveille, vous pouvez supprimer la partie du sample créée au delà du point de bouclage (en gardant une petite marge de sécurité de quelques dizaines d’échantillons), pour diminuer sa taille.

Créez votre du-sound dans du-station en y inscrivant les valeurs du bouclage dans les champs correspondants : vous avez terminé !

Notes :
– Privilégiez les chiffres ronds pour vous faciliter la tâche : ici le second sample est placé au 130 000 ème échantillon, la boucle se fermant au 280 000 ème échantillon. Dans notre cas, vous pouvez également boucler entre 120 000 et 270 000 par exemple.
– Vous pouvez identifier des reliefs comme points de repère (en orange sur le schéma).
– Veillez à nommer vos samples pour y stocker l’information du bouclage, exemple : “a1 (130000-280000).wav”
– Remarquez que par défaut, les bornes de bouclage sont : début = longueur du sample, fin = début+31 échantillons (de silence) !

Régler l’ADSR

L’enveloppe Attack Decay Sustain Release (ADSR) est une enveloppe très courante dans les synthétiseurs. Synchronisée avec le clavier, elle permet de moduler l’amplitude (entre 0 et 1) du son de chaque sample à l’aide de quatre paramètres :
Attack : durée nécessaire pour atteindre le niveau maximal, après avoir appuyé sur une touche du clavier.
Decay : durée nécessaire pour redescendre jusqu’au sustain.
Sustain : niveau stable, conservé tant que la touche est maintenue enfoncée.
Release : durée nécessaire pour que le niveau diminue jusqu’à revenir à 0, quand on relâche la touche.

Par défaut à l’ajout d’un sample, la courbe d’ADSR est “quasi-neutre” ; jouer la note et la relâcher équivaut à simplement lire et arrêter le sample.

Essayez de modifier les valeurs et en voir le résultat dans votre du-touch. Comme mentionné en introduction, l’ADSR est utile au sein d’un même du-sound pour par exemple simuler l’inertie sonore d’une cymbale et l’arrêt net d’un son de crécelle lorsqu’on relâche leur touche respective (alors que régler le release dans l’éditeur de presets affectera obligatoirement les deux samples).

Bonus

Si vous êtes vraiment débrouillard, vous pouvez par exemple :
Greffer des samples sur des notes “inutilisées” d’un son harmonique (ex : des sons de glissement sur un manche de guitare, placés sur les notes les plus graves/aiguës d’un du-sound de guitare).
– Placer d’autres samples sur un layer 89-89 : Vous pouvez paramétrer un des 4 presets en sensibilité flat (toutes les notes jouées seront à 89) et ainsi pouvoir jouer, sur le même du-sound, des sons différents sur la même tessiture (ex : pour un du-sound de violons sustain, mettre sur ce layer des sons pizzicato). Ce trick repose sur le fait que déclencher des notes à vélocité 89 dans une autre sensibilité est hautement improbable.
– Chevaucher les layers (ex : faire un layer 1-127 de notes de basse longues, et un layer 100-127 de sons de slap courts ; pour une note déclenchée entre 100 et 127, les sons de chaque couche seront superposés).

Un dysfonctionnement ?
Contactez le support

Si vous rencontrez un problème avec l’un de nos produits/services, les encadrés ci-dessous peuvent peut-être vous aider. Si votre problème n’y est pas répertorié ou que les manipulations proposées ne fonctionnent pas, vous pouvez nous contacter :

  • Par e-mail : support@dualo.org (réponse habituellement rapide et dans la journée en semaine)
  • Sur Facebook/Messenger (messagerie instantanée, réponse habituellement rapide et dans la journée en semaine)

Merci de nous décrire au mieux votre problème en nous indiquant si possible l’élément que vous soupçonnez en être le déclencheur (une mise à jour, une chute…) et les manipulations que vous auriez éventuellement essayées pour le résoudre (reset, réinitialisation…). Si vous le pouvez, joignez-nous des éléments tangibles (une petite vidéo, des captures d’écran, des messages d’erreur…) qui pourront nous aider… à vous aider ! Selon les cas, nous pourrons également échanger avec vous par téléphone voire en appel vidéo.

En cas de problème sérieux, nous vous indiquerons la marche à suivre si une réparation est nécessaire. Pour rappel, votre instrument est garanti 2 ans ; passé ce délai ou si la réparation concerne un élément détérioré par l’utilisateur, des frais (envoi, réparation ou remplacement de composants…) pourront s’appliquer.

Besoin d’un conseil ?
Contactez la communauté

Vous pouvez contacter le support si vous le souhaitez, ou demander aux autres joueurs de du-touch (les techniciens du support en faisant partie) :

  • Sur le groupe Facebook (publiez un post que les autres pourront commenter)
  • Sur Discord (messagerie instantanée)

Une suggestion ? Si vous avez une idée d’une nouvelle fonctionnalité, soumettez-là à la communauté pour en discuter avec les autres joueurs, l’équipe Dualo n’oubliera pas d’intervenir (et peut-être ainsi orienter le développement des prochaines mises-à-jour) !

Si votre du-touch s’est bloqué pendant son utilisation

Comme de nombreux appareils électroniques complexes, le du-touch est muni d’un bouton reset. Si votre instrument semble s’être bloqué pendant son utilisation normale (“freeze”), vous pouvez cliquer sur le bouton reset (petit trou à côté de la prise USB) à l’aide d’une pointe fine (un trombone, une aiguille…) pour redémarrer l’instrument.

Normalement très rare, si un blocage est récurrent et reproductible, n’hésitez pas à nous le signaler en contactant le support (points de contact ci-dessus).

Note : La sauvegarde d’une du-music s’effectuant au changement de du-music, d’une connexion normale à du-station, ou d’une extinction normale, il y a un risque d’effacement de ce que vous avez effectué depuis la dernière sauvegarde.

Si vous avez des problèmes de connexion de votre du-touch au logiciel du-station

  • Vérifiez tout d’abord que le du-touch est allumé, et bien branché au niveau de sa propre prise USB.
  • Au niveau de l’ordinateur, essayez plusieurs ports USB (et évitez l’utilisation de hubs/multiprises USB). Si vous êtes sous Windows, vous pouvez suivre ce tutoriel.
  • Utilisez le câble micro-USB fourni, ou essayez des câbles similaires si vous en avez (assez courants et faciles à trouver dans le commerce, notamment utilisés pour de nombreux smartphones). Attention, certains câbles ne sont dédiés qu’à la charge et ne permettent pas le transfert de données (indispensable pour se connecter à du-station) : malheureusement la distinction est souvent négligées par les fabricants.
  • Vérifiez sans forcer s’il y a un faux contact au niveau de la prise micro-USB du du-touch.

Si rien ne semble résoudre votre problème, contactez le support.

Si des sons sont maintenus (non-)intentionnellement

Si vous entendez des notes/sons maintenus que vous n’aviez pas enregistrés, vous pouvez les stopper en les rejouant ou en double cliquant sur le bouton; la mention “all notes off” apparaît à l’écran, correspondant à la fonction “MIDI Panic” que l’on retrouve dans de nombreuses interfaces de musique sur ordinateur.

Ces “notes tenues” surviennent lorsque vous appuyez sur le boutonou le boutonavant de relâcher une note sur le clavier. Du point de vue du du-touch, l’information de “note-off” n’est donc pas envoyée au synthétiseur, la faisant donc jouer jusqu’à sa fin (si elle en a une, certains sons comme les pads n’en ayant pas vraiment car leurs samples sont bouclés).

Ainsi, maintenir une note peut être utile dans certains cas, notamment pour jouer un accord éternel de fond avec un pad, ou de déclencher des samples longs (un flow de rap par exemple) en un éclair pour avoir les mains libres…

Si vous entendez des notes tenues non désirées dans une boucle, l’enregistrement a été fermé avant que ces notes aient été relâchées, l’information de “note-off” n’ayant donc pas été enregistrée. Dans ce cas, vous devrez réenregistrer votre boucle. Sachez que nous travaillons sur ce point pour éviter que cela se produise.

Si aucun son ne sort de votre du-touch

  • Vérifiez tout d’abord que votre volume général (réglable avec la molette centrale) est a une valeur suffisante.
  • Vérifiez ensuite que votre appareil sonore (casque, écouteurs, enceinte…) fonctionne correctement, et/ou essayez d’en utiliser un autre. Vérifiez également que le câble (jack/mini-jack) utilisé fonctionne correctement avec d’autres appareils. Sinon, vérifiez sans forcer s’il y a un faux contact au niveau de la prise mini-jack du du-touch.
  • Dans le menu de réglages généraux, vérifiez que le réglage “midi mode” est bien réglé sur ctrl/synth/seq.
  • Essayez plusieurs du-sounds/presets et/ou vérifiez que leurs réglages “volume” et “expression” sont à une valeur suffisante (dans l’éditeur de presets).

Si rien ne semble résoudre votre problème, référez-vous à la section ci-contre, et/ou contactez le support.

Si certains du-sounds ont un comportement anormal

  • Essayez plusieurs du-sounds/presets pour voir l’étendue du problème. Il se peut que votre banque de sons soit corrompue, suite à un problème survenu au niveau de la mémoire interne du du-touch.
  • Veillez à sauvegarder vos presets et vos du-musics si besoin, puis supprimez les du-sounds concernés, puis rechargez-les. Selon l’étendue du problème, vous pouvez également “effacer tous les du-sounds” (onglet “du-touch” du logiciel du-station), puis charger et essayer un son peu volumineux, avant de charger d’autres sons.

Si rien ne semble résoudre votre problème, contactez le support.

Si le du-touch est bloqué sur l’écran de démarrage

Si votre du-touch reste coincé sur l’affichage du logo dualo, il se peut que votre du-touch ait eu un problème lors de sa dernière opération de mise à jour ou de transfert de fichiers. Dans ce cas une manipulation peut vous permettre de réinstaller les éléments nécessaires à son bon fonctionnement (aucune perte de données n’est à prévoir) :

  • Si vous avez un du-touch S : Éteignez l’instrument en forçant son extinction (en maintenant le bouton on/off plusieurs secondes). Puis, en maintenant le bouton reset (petit trou à côté de la prise USB), cliquez normalement sur le bouton d’allumage, puis relâchez le bouton reset. Après quelques secondes, l’écran doit afficher “Flash me…” : connectez-le au logiciel du-station pour réinstaller la dernière mise-à-jour.
  • Si vous avez un du-touch (grand modèle) : Éteignez l’instrument en forçant son extinction (en maintenant le bouton on/off plusieurs secondes). Maintenez ensuite le bouton on/off pendant environ 30 secondes. L’écran doit ensuite afficher “Flash me…” : connectez-le au logiciel du-station pour réinstaller la dernière mise-à-jour.

Si la manipulation ne semble pas résoudre votre problème, contactez le support.